Bloom Room Studio : une famille fantastique

Préparez-vous à entrer dans l’univers merveilleux et troublant d’une petite famille de jeunes designers qui “oeuvre à la perturbation visuelle du paysage et à la prolifération du fantastique”Bloom Room.

Fondée par Marc Ange en 2008, la Famille réunit autour de lui trois créateurs aux profils et aux personnalités aussi étranges que complémentaires. Antonin Maire d’Église, “le fou”, dessinateur et sculpteur, suit une éternelle et lyrique quête de modernité ; Philippe Ricaud “l’homme de main”, direct et efficace, se saoule de passé et d’histoire de style ; Emmanuel Hartman, “le conseiller”, mature et cultivé, creuse calmement cette terre fertile.

Marc Ange  – Photo © Alberto Raviglione

Marc Ange naît dans la sainte ville de Rome sous la terreur des Brigades Rouges, au sein d’une famille à l’histoire surréaliste, sans racines, partagée entre arts, religion et folie. Il gardera de son enfance la confusion volontaire du réel et de l’irréel qui guide chacune de ses créations. C’est avec ceux qui partagent son goût pour la beauté et l’horreur, la perfection et l’erreur, l’harmonie et l’accident qu’il fondera, avec l’obsession de faire de la vie une Oeuvre, Bloom Room.

Antonin Maire d’Église – Photo © Alberto Raviglione

Emmanuel Hartman  – Photo © Alberto Raviglione

Philippe Ricaud  – Photo © Alberto Raviglione

Les quatre premiers membres de la Famille conçoivent ensemble des projets en marge des courants classiques du design, sous forme d’hommage ou de détournement, avec toujours la même volonté d’échapper aux contraintes du réel. La Famille travaille sur des supports aussi divers que le design, l’architecture intérieure, la décoration ou le graphisme pour des projets auto-édités ou commandés par des clients particuliers ou de grandes marques comme Louis Vuitton, Peugeot, Citroën ou Moët & Chandon.

À la Cité de la Mode et du Design dans le cadre de la Paris Design Week 2011, j’ai découvert deux de leurs progénitures : les appliques suspendues Les Poupons et un déconcertant et admirable fauteuil zoomorphe La Bergère et le Bouc.

Cité de la Mode et du Design – Paris Design Week 2011 – photo © Bloom Room

La Bergère et le Bouc (fauteuil, 2011)

Les Poupons (appliques suspendues, 2010)

La douceur de leurs regards, la blancheur de leurs robes, la chaleur de leurs lumières font oublier que c’est à une potence qu’ils sont pendus. Fabrication artisanale, sur commande uniquement.

C’est dans leur studio situé dans un hôtel particulier du 3ème arrondissement parisien, en pleine nature surréaliste, que les designers “mettent au monde leurs progénitures”. Dans la Salle de Travail, un fauteuil perché dans un arbre fait face au trois bureaux de bois. En toile de fond, un mur de fourrure, tel le flanc d’une bête géante, arbore trois lampes Poupons.


Dans le Bureau des Décisions, tout est gris, comme si une poussière silencieuse avait recouvert les murs et les objets.

Seul le vieux bureau de Marc Ange, les objets qui y reposent, son “Nègre Tenant un Flambeau”, son trône décadent et un Pinocchio y ont échappés. C’est donc ici, dans cet univers figé et solennel, que se prennent les décisions finales.

C’est enfin dans l’Antichambre, petite pièce sombre, que la Famille Bloom Room se recueille pour explorer les arcanes de la Création. Un lit en satin rouge à l’intimité religieuse et trois petites chaises humblement alignées en face.

 

THE END.

Photos © Bloom Room (Facebook page)

+ Via Bloom Room Studio

5 Comments

  • vd
    6 years ago

    une belle bande de crétin aux tendances pervers et surtout sans talent

  • BDP
    7 years ago

    … oui, nous sommes quand même dans des codes plutôt convenus … rien de très nouveau … le gore-chic ? bof …

    • V
      7 years ago

      Entièrement d’accord. Rien de nouveau, rien de PERTINENT surtout. C’est lourd, pompeux ca manque de féminité et de subtilité.

  • m'fi
    7 years ago

    Brrr… Moi, ça me mets mal à l’aise et me fait froid dans le dos. C’est le genre d’ambiance dans lesquelles je ne supporterais pas de vivre.
    Mais il faut reconnaître que c’est bien déjanté… Certaines photos me font penser à des films comme Shining ou Eyes Wide Shut où on retrouve des ambiances un peu glauques proches (voire semblables) à celles des rêves (cauchemars?)…

  • janus milo
    7 years ago

    Décalé dans le bon sens et superbement génial…………….

Leave A Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

You Might Also Like